Fermeture
À partir du 1er novembre. Réouverture au printemps 2020

THOMAS REBUTATO

Thomas, Egildo Rebutato, dit « Robert », né à San Remo le 13 juin 1907, passe sa jeunesse à Beausoleil, village proche de la principauté de Monaco. Plombier-couvreur de profession, il s’installe comme artisan à Nice en 1940. De nature rebelle, il fera tout naturellement partie d’un groupe de résistants de la ville, jusqu’à sa libération le 27 août 1944. Après la guerre, les plages étant enfin accessibles, il profite des dimanches d’été pour emmener son épouse Marguerite et ses enfants Monique et Robert sur la plage du Buse à Roquebrune Cap-Martin.

L’ÉTOILE DE MER

SIMPLE CABANON DEVENU RESTAURANT

Thomas Rebutato rêve d’acquérir un petit terrain, à proximité de cette plage pour construire un « cabanon » de pêcheur où entreposer le matériel du pique-nique et de pêche.

Cette opportunité s’offre à lui en 1947, sous la forme d’une parcelle de plus de 1 000 m2 mitoyenne de « la villa blanche », moderne qui appartient à l’architecte parisien, Jean Badovici. Sur ce terrain qui descend en pente vers les rochers en contrebas du sentier « des douanier », Thomas Rebutato imagine alors de créer un lotissement de 6 cabanons de 25 à 30 m2, qu’il aurait revendus, pour n’en conserver qu’un. Il fait appel à un architecte niçois et un prototype est construit en 1948-1949.

En 1949, des circonstances imprévues le conduisent à liquider son entreprise et à investir le cabanon prototype pour le transformer en restaurant. Ainsi est née l’enseigne « L’Etoile de Mer - Chez Robert ».

Le jour de l’ouverture, Thomas Rebutato, secondé par son fils Robert (12 ans), voit arriver, son premier client. Hôte de Jean Badovici, il vient négocier la pension d’une dizaine de personnes pour une semaine. Cet homme, c’est Le Corbusier.

En août 1950, il peindra sur un panneau de bois un portrait de Thomas en casquette et tablier de restaurateur, face à André, le pêcheur d’oursins. « A l’etoile de Mer règne l’amitié », sera le titre de l’œuvre qu’il offre à son ami pour l’installer sur la façade du bar-restaurant. Il encadrera ensuite ce tableau d’une peinture murale.

En juillet 1952, Le Corbusier installe sur le terrain voisin son « Cabanon », préfabriqué en Corse par l’entreprise de menuiserie Barberis. Ayant obtenu de Rebutato l’autorisation de s’adosser à l’Etoile de Mer, l’architecte crée une communication entre les deux bâtiments.

Le Cabanon achevé, Le Corbusier réalise une peinture murale dans le couloir d’entrée. De l’autre côté de la paroi où se situe la porte de communication entre le Cabanon et l’Etoile de Mer, une autre de ses peintures représente la famille Rebutato. Le Corbusier offre à Robert d’acquérir la parcelle de terrain où a été implanté le Cabanon, contre la réalisation de 5 « unités de camping » sur l’un des « jeux de boules » de la propriété Rebutato ; ce sont des unités de logement, spartiates mais fonctionnelles, dérivées des principes appliqués au Cabanon. Elles seront construites sur pilotis, toujours par Barberis, pendant l’été 1957. L’acte notarié de cession foncière sera régularisé en janvier 1961.

De 1957 à 1970, Thomas et Marguerite exploiteront les unités de Camping pour y accueillir des pensionnaires en vacances.

Thomas décède en février 1971, à l’âge de 63 ans, laissant Marguerite poursuivre l’exploitation. L’activité du restaurant est arrêtée, mais l’Etoile de Mer reçoit toujours des locataires « en meublé », dans les Unités de camping, disposant des cuisines que Thomas avait fait aménager sous les pilotis, et d’une installation sanitaire collective. Le bar poursuit son activité : boissons et sandwiches, jusqu’à la disparition de Marguerite en avril 1987.

MenuFermer le menu